Marie-Christine Dussart, nouvelle présidente de la MJC

Lognes Ma Ville : Votre implication à la MJC ne date pas d’hier. Retracez-nous votre parcours.
Marie-Christine Dussart : J’ai commencé en 1997. J’ai participé à de nombreuses activités autour de la danse. Elles m’ont permis de faire de très belles rencontres, de s’exprimer, de s’amuser, de se dépenser, de s’enrichir… Mais surtout, toutes ces relations établies ont été le point de départ pour participer à la vie de la MJC autrement que comme consommatrice. D’abord du bénévolat en participant à d’autres manifestations (Trot’ Art, Boz’Art…) puis en aidant à préparer, à encadrer. J’ai participé à différents projets sur le Jardin des différences pour établir de nouvelles relations, essayer de contribuer à une évolution du regard sur le handicap. Je souhaitais faire plus, pouvoir participer pleinement à la vie de la MJC et m’engager. J’ai donc été candidate au conseil d’administration en 2011 et depuis j’ai occupé, sur différentes périodes, les différents postes du bureau : Trésorière adjointe, Trésorière, Vice-présidente, Secrétaire et depuis septembre 2020, Présidente. S’engager ce n’est pas que donner. C’est aussi recevoir et partager.

LMV : Première femme à la tête de cette association, allez-vous mettre en place un nouveau style de « gouvernance » ?
M-C D : J’ai pris le poste au moment où nous étions en pleine réflexion sur la gouvernance. Je souhaite que nous puissions mener à bien notre projet sur le « procès » (terminologie indiquant le
moment de remise en cause collective pour nous améliorer : l’accueil, la communication, le travail avec les autres associations et MJC du secteur…), donner plus de place à la parole des
adhérents. Le bureau reste le maillon fort de la gouvernance mais nous réfléchissons à ouvrir la réflexion par la mise en place de commissions ouvertes aux administrateurs et aux adhérents
(dès que cela sera possible…).

LMV : Est-ce que la Covid a fragilisé la MJC ?
M-C D : Bien sûr que cette situation sanitaire fragilise un peu la MJC, parce qu’il faut faire face à beaucoup d’incertitudes, mais cela nous a obligé à nous requestionner et à inventer avec le souci permanent de préserver le lien avec nos adhérents. Nous avons maintenu nos manifestations : Lueurs d’hiver avec quelques adaptations et la Grande Lessive, parce qu’il nous semblait important d’offrir ces parenthèses dans la période.

LMV : Malgré ce contexte si particulier, avez-vous des projets d’avenir pour la MJC ?
M-C D : Nous préparons notre manifestation l’Etang d’Arts avec un beau thème : « Liberté à tout pli » en lien avec la situation mais aussi avec cette pratique de l’origami. Nous allons     participer aux Estivales, à la fête de Lognes si elle est maintenue. Avec les autres MJC, nous allons organiser « Mômes en scène » durant cet été. Afin de proposer plus longtemps des activités, nous repoussons la fin de la saison au 10 juillet 2021.