Deux députés quittent la Cour de justice de la République

Estimant la séparation des pouvoirs en danger, Naïma Moutchou et Antoine Savignat ont démissionné de cette instance, qui, après avoir supervisé la perquisition de la Chancellerie, a convoqué Éric Dupond-Moretti ce vendredi.

Les politiques se rebiffent. Naïma Moutchou, députée LREM, vice-présidente de la commission des lois et députée active pour débattre des questions de justice, a été la première, dimanche, à jeter un pavé dans la mare. Par une tribune au Journal du dimanche , elle a annoncé démissionner de la Cour de justice de la République en tant que juge titulaire, où elle siégeait aux côtés de onze autres députés. Ce lundi, elle a été suivie par Antoine Savignat, député Les Républicains, lui aussi très impliqué dans la vie de la justice et juge suppléant de cette cour spéciale qui juge les manquements des politiques. Sa commission d’instruction a convoqué vendredi, pour interrogatoire de première comparution en vue d’une mise en examen, le garde des Sceaux, englué dans des accusations de conflit d’intérêts.

Les deux politiques sont toujours sous le choc de la perquisition de la Chancellerie, il y a dix jours. Comme le résume Antoine Savignat, elle pose la question du viol de la séparation des pouvoirs.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous