«Dieu seul le sait» N°29

LETTRE EXCLUSIVE ABONNÉS – Religions, laïcité, spiritualité, par Jean-Marie Guénois.

Chers abonnés,

Fallait-il toucher au subtil équilibre institué par Benoît XVI ? Mettre en péril la paix chèrement acquise dans l’Église catholique sur le plus inflammable des débats, celui de la liturgie ? N’était-il pas plus convenable d’attendre que le pape émérite ne soit plus là pour acter la destruction de la réforme la plus importante à son cœur ?

Ces trois questions – il y en aurait d’autres, se posent après que le pape François ait publié le 16 juillet 2021 un Motu Proprio (décret d’application juridique du droit canonique) intitulé « traditionis custodes », « gardiens de la Tradition »,  ici (en italien) qui « abroge » le Motu Proprio du 9 juillet 2007, ici (en français). Le pape régnant explique ses motivations dans une lettre d’accompagnement disponible ici (selon la traduction de l’épiscopat français.)

Une messe selon le rite pré-conciliaire Una Voce

Benoît XVI avait donné à la messe dite de Saint Pie V, le statut de rite « extraordinaire », libéralisant son usage par accord tacite entre le curé et des catholiques

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous