Europol s’inquiète de la hausse des attentats en 2020

L’agence européenne de police criminelle pointe la multiplication des passages à l’acte d’individus isolés, souvent à l’arme blanche.

Attentat après attentat, l’horreur, l’émotion et les polémiques sont vite chassées par l’actualité. Et, chaque année, le rapport sur le terrorisme d’Europol, l’agence européenne de police criminelle, vient rappeler une triple réalité: les attaques islamistes se poursuivent, elles frappent partout en Europe, particulièrement en France.

Signe préoccupant: en 2020, et pour la première fois depuis 2017, le nombre d’attentats en Europe est même reparti à la hausse. Le terrorisme djihadiste, «plus grande menace terroriste pour l’Union européenne», selon la patronne d’Europol Catherine De Bolle, a frappé dix fois, faisant 12 morts et 47 blessés en France, Allemagne et Autriche. Dix attentats contre 3 en 2019, 7 en 2018 et 10 en 2017. Si on y ajoute 3 attaques au Royaume-Uni et 2 en Suisse, on arrive à 15 attentats en Europe. Une hausse préoccupante, car elle intervient après les revers de l’État islamique dans la zone syro-irakienne, la mobilisation encore accrue des services antiterroristes et

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous