François abroge la grande réforme de Benoît XVI

Le pape allemand avait libéralisé la messe en latin mais son successeur argentin y voit un dangereux ferment de division.

La potion était attendue amère, dans les milieux traditionalistes, mais pas aussi sévère. Par décision du pape François, il n’y a plus de rite «extraordinaire» – messe de saint Pie V – mais un seul rite, celui du concile Vatican II. La possibilité ouverte par Jean-Paul II et libéralisée par Benoît XVI en 2007 de célébrer la messe selon le rite tridentin, communément appelée «messe en latin», est désormais «abrogée».

Un motu proprio – un décret juridique – intitulé «Traditionis Custodes», «gardiens de la Tradition», signé par François le 16 juillet 2021, impose désormais comme «unique expression» du rite romain celui dit «dePaul VI», partout en usage selon la langue de chaque pays. François redonnant aussi aux évêques «la compétence exclusive» d’autoriser ou non ce type de messes dans leur diocèse. Le pape impose également des conditions très strictes aux prêtres qui célébreraient dans la forme ancienne: «ne pas exclure la validité, la légitimité de la réforme liturgique du concile Vatican II,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous