«La foi a été un aiguillon de nombreux résistants»

ENTRETIEN – Dans son dernier livre, le journaliste insiste sur le rôle, mal connu, joué par des chrétiens engagés contre l’ennemi nazi. Un rappel historique passionnant.

Comptant parmi les rédacteurs en chef de l’hebdomadaire Le Point, Jérôme Cordelier est aussi un auteur réputé d’essais historiques. Dans son ouvrage L’espérance est un risque à courir. Sur les traces des résistants chrétiens (Calmann-Lévy), il retrace, tout en nuances, l’histoire paradoxale de l’engagement, au nom de leur foi, d’hommes et de femmes dans le contexte délicat de la collaboration.

LE FIGARO. – Comment cette idée de revisiter l’histoire des chrétiens dans la Résistance vous est-elle venue?

Jérôme CORDELIER. – Chemin faisant, je dirais, parce qu’elle est à la confluence de deux passions: la Résistance et la mémoire chrétienne, de plus en plus ignorée. Notre époque, focalisée sur l’immédiateté et l’exhibitionnisme, cultive l’amnésie et ne sait plus distinguer les vrais héros des idoles de pacotille. Alors que certains déboulonnent des statues, j’ai voulu en élever, et pour des individus qui se sont engagés au péril de leur vie, souvent jeunes, en rompant avec leur environnement,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous