Les affectations au lycée font gronder dans le centre de Paris

TÉMOIGNAGES – Des parents d’élèves dénoncent une rupture d’égalité après la réforme de la plateforme Affelnet, qui favorise la mixité sociale.

Grogne dans les collèges du centre de Paris. Dans ces quartiers socialement favorisés, les parents dénoncent le sacrifice de brillants élèves sur l’autel de la mixité. L’effet mécanique de la réforme d’Affelnet, ce logiciel d’affectation des collégiens au lycée. En mars, le rectorat avait clairement affiché la couleur: en finir avec les lycées «de niveau» et cette «logique mortifère» de concurrence acharnée entre excellents élèves à l’entrée d’établissements réputés, tels Charlemagne, Sophie-Germain ou Fénelon. Les objectifs, eux aussi, étaient limpides: favoriser la mixité sociale, mais aussi – et c’est là la grande révolution – la mixité scolaire.

Les résultats sont au rendez-vous. «Des collégiens de niveau scolaire intermédiaire ont pu entrer à Charlemagne», souligne Claire Mazeron, directrice académique au rectorat de Paris, où l’on s’est félicité dès le 28 juin des effets de la réforme. Le taux de satisfaction des élèves boursiers sur les trois premiers vœux atteint 95%, contre 84%

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous