les pêcheurs de Saint-Brieuc entre colère et résignation

RÉCIT – Les travaux d’installation inquiètent les travailleurs de la mer, malgré une mobilisation en baisse.

«On n’a pas fini les analyses de la pollution mais on permet de laisser revenir le bateau! Et on semble faire une confiance aveugle à ce promoteur…» À Saint-Brieuc comme sur tout le littoral breton, le projet de parc éolien, en préparation depuis une quinzaine d’années et dont les travaux de construction ont commencé il y a six mois, déchaîne les crispations. Une fuite d’huile sur le chantier, en juin, n’a rien arrangé.

Deux manifestations musclées ont été organisées par des pêcheurs du département des Côtes-d’Armor, à coups de fusées de détresse et de projectiles divers balancés depuis des bateaux de pêche en direction du «mastodonte fossoyeur de la baie», le navire Aeolus de la société Van Oord – société chargée par Ailes Marines (en charge du chantier) de la réalisation des forages et de l’installation des pieux des fondations du parc en construction. Celui-là même qui, le 14 juin, a causé une pollution d’ampleur due à une fuite de leur structure: «100 litres d’huile», selon la préfecture

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous