L’expérimentation des radars antibruit s’étend

Testé jusqu’en juin dernier à Nantes et après avoir donné des résultats concluants, ce nouvel appareil va être progressivement installé dans les rues de huit collectivités.

C’est un radar d’un nouveau type qui va apparaître dès novembre prochain le long de nos routes. Au lieu de s’en prendre aux vitesses excessives, il va sanctionner les véhicules trop bruyants. Testé jusqu’en juin dernier sur un circuit à Nantes et après avoir donné des résultats concluants, ce nouvel appareil va être progressivement installé dans les rues de huit collectivités qui se sont portées volontaires et qui constituent un panel offrant des territoires différents. Parmi elles: Nice, Rueil-Malmaison, la vallée de Chevreuse dans les Yvelines ou encore Toulouse.

L’expérimentation va durer plusieurs mois. Une première étape sans aucune verbalisation, de novembre à avril prochain, sera suivie d’une autre phase avec verbalisation prévue à ce stade de novembre 2022 à la fin du troisième trimestre 2023. Chacune de ces étapes va permettre de s’assurer de la fiabilité de ces radars sonores que proposent trois industriels. Car cette technologie nouvelle qui, si elle aboutit constituera une première,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 57% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous