près de 150.000 primes payées en 2021

La fusée MaPrimeRénov’ est toujours en pleine accélération. Ainsi, d’après les derniers chiffres publiés par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), sur les six premiers mois de l’année, 382.442 demandes ont été déposées, dont 297.003 acceptées représentant 862 millions d’euros de primes. 8% ont été rejetées, le reste étant en cours d’instruction. Les délais de traitement se situent en moyenne à 11,5 jours. En ce qui concerne les paiements, 184.215 demandes ont été réceptionnées, et 146.124 ont fait l’objet d’un versement pour l’année 2021. Ce qui porte depuis 2020 et sa mise en place, à 199.669 primes payées. L’Anah évalue le montant des travaux liés à l’aide financière à 4,2 milliards. La prime moyenne accordée sur ce premier semestre est de 2.901 euros.

 

Les systèmes de chauffage plébiscités

 

Les deux tiers des travaux concernent les systèmes de chauffage : pompes à chaleur (18%, coût moyen des travaux de 13.293 euros), poêle à granulés (14%, 6.537€), chaudières gaz (8%, 5.509€). Le dernier tiers concerne majoritairement l’isolation (32%, 16.652€ pour l’ITE, 6.251€ pour l’ITI). L’assistance à maîtrise d’ouvrage reste très marginale, représentant 1% des opérations financées par MPR (pour un coût moyen de travaux de 7.643€). L’Anah ne communique pas, par contre, sur le montant global attribué à tel ou tel geste de travaux. Pour rappel, le budget de MPR vient d’être augmenté de 750 millions d’euros, et des discussions budgétaires sont en cours pour caler les financements pour 2022.

 

 

Les ménages les plus précaires privilégient l’installation de pompes à chaleur et d’isolation des murs par l’extérieur. Quant aux plus aisés, ils commandent l’un des seuls types de travaux pour lesquels ils sont éligibles, à savoir l’isolation thermique du bâti sous toutes ses formes.

 

 

« Je vois la croissance exponentielle des budgets de l’Anah, et je me dis, en tant qu’élu et ancien membre du gouvernement, que tout cela un jour aura une fin », Thierry Repentin (Anah)

 

Ce succès fulgurant de MaPrimeRénov’ n’est toutefois pas sans éveiller, en sourdine, certaines inquiétudes auprès des acteurs de la rénovation énergétique. L’expérience a en effet souvent prouvé qu’un dispositif financier connaissant une telle croissance pouvait finir par être ‘sabré’ du jour au lendemain. C’est arrivé deux fois ces dernières années : en octobre 2019 sur les aides « Habiter mieux agilité » de l’Anah, et mi-2020 pour les travaux d’isolation thermique par l’extérieur de MaPrimeRénov’. « Si j’avais un souhait à exprimer, c’est que tout cela dure longtemps, sur plusieurs années », s’exprimait il y a quelques semaines le président de l’Anah, Thierry Repentin, lors d’un colloque organisé par l’Agence qualité construction. « Disant cela, je vois la croissance exponentielle des budgets de l’Anah, et je me dis, en tant qu’en élu et ancien membre du gouvernement, que tout cela un jour aura une fin. Je pousse donc pour que y ait de plus en plus de dossiers déposés maintenant. »