à Calais, l’inlassable ballet nocturne des «small boats» vers l’Angleterre

REPORTAGE – Depuis le début de l’année, plus de 8000 migrants ont réussi à atteindre l’Angleterre. Il y a deux ans, ils étaient seulement quelques dizaines.

Calais

Un jerrican d’essence d’une dizaine de litres, un moteur, un canot de type zodiac à gonfler. C’est le kit type que les passeurs enfouissent dans le sable ou dissimulent dans des blockhaus de la Côte d’Opale pour les migrants qui ont payé une place dans un «small boat».

Il y a quelques jours, Amadou, 20 ans, a cru enfin réussir à «passer». Avec sept autres migrants, il a embarqué sur l’un de ces petits bateaux à moteur. «On est partis de Calais, raconte-t-il, on avait acheté une boussole mais on n’a pas su s’en servir. On s’est perdus en mer. Au bout de quelques heures, on a décidé d’appeler les secours.»

Les sauveteurs ont récupéré les 8 migrants «au large de Dunkerque», précise Amadou avec un petit sourire, conscient que son inexpérience de la mer est un sacré handicap. Pas du tout échaudé, il ajoute immédiatement: «Je n’abandonnerai pas.»

La mécanique est parfaitement rodée. La nuit, un groupe de 10 à 50 migrants tente discrètement d’échapper à la vigilance des forces de l’ordre. Depuis

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous