Avec l’application du passe sanitaire, l’OPPBTP met à jour ses préconisations

Et encore une. Dans la foulée de la mise en oeuvre du passe sanitaire et de la publication d’une nouvelle version du protocole Covid par le ministère du Travail, l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) actualise lui aussi son guide de préconisations face à la quatrième vague de la pandémie de coronavirus. Le document est disponible ici.

 

Plus de masques dans les ERP… à condition d’avoir le passe sanitaire

 

Reprenant les recommandations du Haut conseil de santé publique et de l’État, ces mises à jour portent sur plusieurs points, à commencer par le port du masque. Ce dernier reste obligatoire pour les professionnels intervenant dans les établissements recevant du public (ERP) jusqu’au 30 août prochain, mais ceux-ci pourront s’en passer à compter de cette date s’ils détiennent un passe sanitaire. Même avec ce sésame, le préfet, l’exploitant ou l’organisateur de l’ERP pourra néanmoins toujours décider d’imposer le port du masque. Concernant le passe sanitaire à proprement parler, Batiactu a déjà eu l’occasion de revenir en détails sur les nouvelles modalités.

 

Autre changement : les personnes présentant des symptômes d’infection au Covid sur leur lieu de travail seront invitées à le quitter « pour rejoindre leur domicile et surtout aller se faire dépister et s’isoler dans l’attente des résultats », indique l’OPPBTP dans un communiqué. « Le protocole de prise en charge des personnes symptomatiques prévoit par ailleurs la possibilité de faire réaliser un test antigénique par un professionnel autorisé et portant des équipements de protection adaptés, au sein de l’entreprise », peut-on encore lire.

 

Aménagements pour les rendez-vous de vaccination et l’activité partielle

 

S’agissant de la vaccination, l’organisme rappelle que les salariés et les stagiaires sont autorisés à s’absenter sur leur temps de travail pour honorer leurs injections. Des absences qui « n’entraînent aucune diminution de la rémunération et sont assimilées à une période de travail effectif pour la détermination de la durée des congés payés ainsi que pour les droits légaux ou conventionnels acquis par les intéressés au titre de leur ancienneté », précise encore l’OPPBTP. Bien que justifiée, le salarié est toutefois invité à se coordonner avec son employeur afin que cette absence soit la mieux organisée possible. De plus, le salarié peut également bénéficier de cette autorisation s’il souhaite accompagner à un rendez-vous de vaccination un mineur ou un majeur protégé dont il a la charge. En revanche, les personnes chargées de tâches ponctuelles au sein d’établissements de soins, médico-sociaux et sociaux ne sont en aucun cas obligées de se faire vacciner.

 

Enfin, la mise à jour du guide de l’OPPBTP concerne aussi le dispositif d’activité partielle. Dès le 15 septembre 2021, les salariés susceptibles de développer des formes graves du Covid et pouvant donc à ce titre être placés en activité partielle « devront présenter un nouveau certificat d’isolement même s’ils en ont déjà bénéficié précédemment ». Et d’ajouter que « les situations ouvrant droit au bénéfice de l’activité partielle évoluent à cette même date ».