des professionnels de la santé mentale mis à disposition des joueurs

La Fédération américaine de tennis (USTA), organisatrice de l’US Open qui débute lundi 30 août, a annoncé mercredi la mise en place de divers services médicaux « visant à fournir aux joueurs le meilleur soutien possible en matière de santé mentale ».

« Le programme de services médicaux du tournoi comprendra des prestataires de services de santé mentale agréés, à disposition des joueurs pendant toute sa durée. En outre, des salles de repos et d’autres services de soutien seront fournis », indique le communiqué que l’instance.

La FFT est pleinement engagée, avec les autres tournois du Grand Chelem et les instances internationales, aux côtés de l’USTA en faveur de cet enjeu majeur de la santé et de l’équilibre psychologique des joueuses et joueurs de haut niveau. https://t.co/xKw0oFVm24

— FFT (@FFTennis) August 25, 2021

L’US Open travaillera en étroite collaboration avec le personnel scientifique et médical des circuits féminin WTA et masculin ATP sur place, « afin de s’assurer que les joueurs comprennent les services médicaux disponibles et la manière d’accéder à ces offres de santé si nécessaire », est-il précisé.

Cette « initiative pour la santé mentale » des joueuses et joueurs professionnels est une réponse qu’a souhaité apporter l’USTA à une préoccupation grandissante ces derniers mois dans le microcosme du tennis professionnel, depuis le forfait retentissant de Naomi Osaka à Roland-Garros, en mai dernier.

Cette dernière avait pris cette décision après avoir été sanctionnée par la direction du tournoi parisien, pour avoir refusé de parler à la presse, afin de « préserver sa santé mentale ».

Après que la star japonaise eut mis à jour des problèmes d’anxiété, marqués par « plusieurs épisodes dépressifs », les organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem – Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et US Open – l’ont assuré de leur soutien, promettant « d’agir sur la question de la santé mentale et du bien-être » des joueurs.

L’US Open est donc le premier Majeur à prendre à bras le corps ce problème, qui s’est manifesté chez d’autres joueurs ces derniers mois comme le Français Benoit Paire, « épuisé mentalement » par le contexte de la pandémie de Covid-19, ou l’Autrichien Dominic Thiem, « tombé dans un trou » après sa victoire à l’US Open l’an dernier, et qui a rapidement dépassé la sphère tennistique.

Learn how to strengthen your mental wellness on and off the court with @MountSinaiNYC utilizing these tips from Dr. Shannon O’Neill. pic.twitter.com/MPvHJE7dmh

— US Open Tennis (@usopen) August 25, 2021

Ainsi aux Jeux olympiques des Tokyo, la star américaine de la gymnastique Simone Biles, attendue pour faire une razzia de médailles, avait renoncé à quatre finales, tétanisée par la pression.

« Nous sommes impatients de voir comment les initiatives mises en place à l’US Open, ainsi que d’autres dans les mois à venir, auront un impact sur le bien-être des joueurs », a dit la directrice du tournoi Stacey Allaster, s’engageant à continuer « à chercher des moyens de nous améliorer ».