Emmanuel Abayisenga, débouté de l’asile, pyromane et tueur de prêtre

DÉCRYPTAGE – Abayisenga, impliqué dans l’incendie de la cathédrale de Nantes et le meurtre du père Olivier, a usé de tous les recours pour rester en France.

Depuis son arrivée irrégulière en France, en 2012, Emmanuel Abayisenga a épuisé toutes les voies pour se maintenir sur le territoire où, après l’incendie volontaire de la cathédrale de Nantes, en juillet 2020, il a tué, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, le père Olivier Maire, qui lui avait pourtant ouvert les bras.

Une demande d’asile refusée à deux reprises

Entré en France de manière irrégulière le 28 décembre 2012, Emmanuel Abayisenga, pyromane présumé de la cathédrale de Nantes, qui s’est accusé lundi du meurtre du père Olivier Maire, s’est vite adapté aux arcanes de la justice française. Son parcours administratif et judiciaire, dont le détail a été porté à la connaissance du Figaro, en atteste.

Une première demande de droit d’asile, déposée dès février 2013, est rejetée par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) le 28 janvier 2015. «Les agents chargés d’examiner son dossier ont considéré que ce migrant, né en janvier 1981 dans le sud du Rwanda, n’était pas en danger dans son pays», assure une source informée.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous