face aux fausses agences de jeunes filles au pair, la frustration des familles

TÉMOIGNAGES – Annulations au dernier moment, mensonges sur le profil… Si la plupart des agences opèrent un contrôle strict des candidates «au pair», certaines plateformes ne vérifient aucune information, au grand dam des parents.

«Les jeunes filles au pair placées par des agences, c’est terminé, plus jamais», tranche Jean*, catégorique. À la tête d’une famille nombreuse, lui et son épouse ont d’abord été séduits par l’idée d’accueillir une «au pair», enthousiasmés par ce système qui repose sur le partage et la transmission. De plus, proposer le gîte et le couvert en échange d’une garde d’enfants est un accord «gagnant-gagnant», pensait-il au départ. Il ne s’attendait pas à un «enchaînement d’expériences catastrophiques».

Car si les conflits et malentendus entre les familles et les jeunes filles au pair sont relativement rares, tout ne se passe pas toujours comme prévu. Et pour cause : certaines plateformes, bien souvent non répertoriées par l’Union Française des Agences Jeunes Filles Au Pair (Ufap), jouent sur l’ambiguïté du mot «agence», ne filtrant et ne contrôlant pas les profils des candidates. Ce qui donne lieu à de nombreuses arnaques.

Les agences au pair, un «sombre business humain»?

Lorsque Jean et son épouse Bénédicte* ont pris la décision d’accueillir

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous