«La tendance antivaccin fluctue selon la situation des épidémies»

ENTRETIEN – La méfiance envers la vaccination est loin d’être un phénomène nouveau, constate cet historien.

Historien de la santé et spécialiste des épidémies, Patrick Zylberman est l’auteur d’Oublier Wuhan. Essais sur l’histoire contemporaine des crises sanitaires (La Fabrique Éditions, 2021) et de La Guerre des vaccins (Odile Jacob, 2020).

LE FIGARO. – Entre les pro et antivaccin, la fracture est profonde. Est-elle aussi historique?

Patrick ZYLBERMAN. – Je crois qu’il faut considérer la tendance antivaccin comme fluctuante, selon la situation des épidémies. Fin 2020, on supposait l’opinion largement hostile à la vaccination, et elle y est aujourd’hui majoritairement favorable. Ce qu’on a observé en 2009 avec le H1N1, ce n’est pas une méfiance envers la vaccination proprement dite, mais envers la santé publique, affaiblie par les scandales du sang contaminé et du Mediator.

Durant les autres épidémies du XXe siècle, on ne retrouve pas du tout cette mouvance antivaccin. En 1964, l’obligation vaccinale contre la polio est au contraire soutenue par l’opinion. C’est très éclairant: les symptômes de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous