l’application délicate du passe sanitaire

Le droit de visite et l’accès aux soins sont rendus considérablement plus difficiles.

Bon gré mal gré, le passe sanitaire s’invite dans la vie des hôpitaux et des maisons de retraite. Lundi, hors accès aux urgences, les visiteurs et les malades ont dû présenter la preuve d’un schéma vaccinal complet, un test négatif de moins de 72 heures ou un certificat de rétablissement à la suite d’une contamination au Covid-19 pour franchir le seuil de ces établissements.

Une usine à gaz? Au centre hospitalier de Valenciennes, il a fallu réduire le nombre d’accès pour filtrer efficacement tous les visiteurs. Deux points d’entrée sous contrôle ont été prévus contre sept ou huit habituellement au pôle principal. «Comme ce système de contrôle doit être organisé 7j/7 et avec des horaires larges, c’est très lourd en matière de ressources», commente Alain Lecherf, son directeur général adjoint. Les entrants sont divisés en deux groupes principaux, les visiteurs et les patients. Ceux qui viennent pour un rendez-vous programmé ont été informés par texto afin de se préparer à ce contrôle. Pour

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous