L’asile s’ouvre pour les rescapés afghans

Plus de 2 000 sont arrivés en France. La perspective d’une seconde vague, plus massive, est dans tous les esprits.

Depuis le 15 août et le coup d’État de Kaboul, plus de 2 000 Afghans ont été évacués vers la France . Mais, après cette vague d’immigration choisie qui se clôt, combien viendront par la longue route de l’exil?

Dès ce lundi, en tout cas, les premiers arrivés vont pouvoir déposer leur demande d’asile auprès de l’Office français pour les réfugiés et apatrides (Ofpra). Ils postuleront au fil du temps, une fois que sera passée, pour chacun, la quarantaine sanitaire de dix jours qui leur a été imposée. Ils sont «traducteurs, médecins, artistes, journalistes, enseignants ; beaucoup ont aidé nos armées sur place», explique un diplomate. Leur profil n’a rien à voir avec le portrait type du demandeur d’asile afghan, plutôt rural et peu instruit.

Rappelons que plus de 7 200 Afghans ont déjà déposé une demande d’asile en France entre le 1er janvier dernier et la prise de Kaboul par les talibans. De sexe masculin à 90 %, ils sont venus renforcer une communauté afghane estimée en France à 45.000 personnes.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous