le péril des patrouilleurs sur autoroute

En quinze jours, pas moins de cinq de leurs véhicules d’intervention ont été percutés par des automobilistes.

Les chassés-croisés sur les autoroutes, comme il s’en annonce un d’ampleur ce week-end en France, sont toujours synonymes de danger pour les automobilistes, mais aussi pour les patrouilleurs. Il s’agit de ces hommes et femmes en tenue jaune fluorescente qui interviennent sur les voies de circulation pour venir en aide aux automobilistes.

«Déjà 5 fourgons ont été percutés au cours des quinze derniers jours sur notre réseau, déplore Bernadette Moreau, déléguée générale de la Fondation Vinci Autoroutes, spécialisée dans la lutte contre l’insécurité routière et les actions de prévention pour une conduite responsable. Ces chiffres sont nettement plus élevés que ceux qu’on observe habituellement. On déplore en moyenne 1 véhicule accidenté par semaine, soit près de 50 au total en 2020.»

Des traces psychologiques et physiques

En prenant également en compte les accidents intervenus sur les autoroutes concurrentes – que ne contrôle pas Vinci, qui a en charge la moitié du réseau -, 131 véhicules d’intervention ont été percutés l’an dernier,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous