Le régime écossais rectifié, ce rite maçonnique hérité d’un autre siècle

LES CONFRÉRIES (2/6) – Rite ancien et très minoritaire, le régime écossais rectifié a la particularité de demeurer inchangé depuis sa création, au XVIIIe siècle.

«Ces frères qui m’entouraient avaient une certaine élégance», se remémore Thierry, «revêtus d’un tablier et d’un chapeau tricorne, épée à la ceinture, ils m’impressionnent !». Initié il y a 30 ans à la franc-maçonnerie, tout bascule en 2012, pour le Nancéien de 52 ans, quand, par l’intermédiaire d’un ami, il découvre le rite (ou régime) écossais rectifié. «C’est un rituel rare dans le monde franc-maçon», raconte Thierry, «hérité directement du siècle des lumières, et dont rien n’a été modifié, des multiples symboles jusqu’aux tenues de cérémonie».

Selon la formule d’engagement du premier grade, celui qui est désormais maître, après avoir été apprenti et compagnon, a promis d’être «bienfaisant envers tous les hommes […] et de ne jamais révéler aucun des mystères, secrets et symboles de la Franc-maçonnerie». Thierry se souvient. Il se tenait un genou à terre, devant le plateau du vénérable maître, le frère qui préside la cérémonie, situé à l’orient dans le temple maçonnique. «Le vénérable

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous