pourquoi l’institution d’élite PSL perd des places

DÉCRYPTAGE – Paris Sciences et Lettres est souvent considérée comme la meilleure université française dans le monde.

Times Higher Education, QS: contrairement à Shanghaï, les classements les plus prestigieux consacrent unanimement PSL (Paris Sciences et Lettres), meilleure université française dans le monde. Ce regroupement d’établissements du supérieur, comprenant notamment l’ENS, Paris-Dauphine ou Mines Paris Tech, chute en revanche dans la hiérarchie établie par Shanghaï. Une rétrogradation surprenante, qui apporte de l’eau au moulin des détracteurs du palmarès du cabinet chinois.

«Pour le classement de Shanghaï, mieux vaut être une faculté riche et vieille», soutient Alain Fuchs, président de PSL. S’il relativise les deux places perdues par PSL, rappelant au passage le gain de huit rangs dans le classement QS, il ne manque pas de souligner les dysfonctionnements de la méthode utilisée par Shanghaï. Celle-ci intègre six critères, dont le nombre de Nobel et de médailles Fields (l’équivalent du Nobel pour les mathématiques) parmi les diplômés et les professeurs ou la quantité de publications dans les

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous