Quand des vautours affamés se transforment en prédateurs

RÉCIT – La donne a changé pour les éleveurs, les vautours sont passés du statut de charognard à celui de prédateur. Ils craignent des prédations plus fréquentes sur leur troupeau.

Jusque-là, ces oiseaux de grande envergure, capables de détecter une proie morte dans un rayon de 100 kilomètres, étaient bien utiles aux agriculteurs. Ils éliminaient les bêtes mortes sans passer par le service payant de l’équarrissage. Des placettes dans la montagne existent toujours au Pays basque, où l’on dépose les carcasses comme une sorte d’offrande aux vautours.

Mais, depuis que cette espèce est protégée par l’Union européenne et n’est plus régulée par la main de l’homme, elle pullule à foison. À tel point que les carcasses ne sont plus assez nombreuses et que ce rapace aux longues griffes et au bec tranchants s’en prend aux animaux vivants et peut désormais ingérer de la viande fraîche.

Ainsi Murielle Vachelard, agricultrice à Apchat, dans le sud du Puy-de-Dôme, en aurait fait la triste expérience tout récemment. Elle a retrouvé les cadavres de quatre veaux et d’une vache en partie dévorés par les vautours. «Cela s’est passé entre le jeudi 5 et le dimanche 8 août, raconte-t-elle.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous