qui se cache derrière les tracts anti-vaccins distribués durant les manifestations ?

FOCUS – Au milieu des défilés des anti-passe sanitaire, les prospectus dénonçant la vaccination des adolescents ou les effets indésirables des vaccins circulent. À l’origine, des collectifs nés depuis la deuxième vague épidémique.

Le mouvement contre l’extension du passe sanitaire s’intensifie depuis les annonces du gouvernement et l’adoption du projet de loi pour lutter contre le Covid-19 par les parlementaires. Dans les défilés, les prospectus passent de main en main, dénonçant pêle-mêle les effets indésirables de la vaccination contre le Covid-19, le nombre de morts prétendument provoqués ou les conséquences néfastes des mesures sanitaires dans les écoles.

Ces tracts témoignent d’un activisme de collectifs critiquant la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement et nés sous l’impulsion de plusieurs personnalités depuis le début de la pandémie. Mais d’où viennent-ils ? Le prospectus ci-dessus vient, par exemple, d’un collectif baptisé Réaction19. Sur son site, ce dernier se présente comme «une association qui met en œuvre des outils juridiques et judiciaires dans les actions individuelles et collectives ayant un lien avec les mesures législatives […] prises par le gouvernement pour lutter contre la pandémie». Le fondateur de ce site, Brusa Carlo Alberto, est suivi par près de 50.000 personnes sur Twitter. Connu de la sphère vaccinosceptique, il publie régulièrement des droits de réponse ou des courriers adressés aux ministères.

D’autres articles se veulent informatifs, comme dans l’onglet «études et statistiques», qui relaie entre autres des tracts fabriqués avec les données de bulletins épidémiologiques remaniés.

Vaccins en bas âge

Un des thèmes souvent abordés sur ces prospectus, comme sur celui de Réaction19, est la vaccination des enfants et adolescents. «Le bénéfice individuel direct de la vaccination pour les enfants et les adolescents est très limité en termes de risques liés à l’infection», peut-on lire notamment sur un autre tract, phrase tirée d’un document du Comité Consultatif National d’Éthique. Un autre encart alerte notamment sur la dangerosité du vaccin rappelant les cas (minoritaires) de myocardites déclarés par Israël.

Le site Enfance et Liberté est un collectif de parents refusant la vaccination de leurs enfants. Capture d’écran

Ce tract vient du site Enfance et Liberté, un collectif qui a vu le jour en octobre dernier avec l’obligation du port du masque dans les écoles à partir de 6 ans. Il se présente comme le rassemblement de «milliers de parents ordinaires […] préoccupés par la rapide dégradation des conditions de scolarisation, conséquence de l’application d’un protocole sanitaire de plus en plus contraignant». Le cœur de leur combat ? «Le droit à une école sans masque», peut-on lire sur leur site.

Autre auteur du tract, le Collectif de Santé Pédiatrique, qui milite également pour «alerter sur les dangers des mesures sanitaires prises à l’encontre des enfants». Ce collectif est lui-même une branche du site Réinfocovid.

À VOIR AUSSI – Qui sont les anti-passe sanitaire ?

«Manipulation des médias»

Ce dernier est né en octobre 2020, créé par Louis Fouché, médecin anesthésiste réanimateur à l’hôpital de la Conception à Marseille. Connu également pour ses prises de position critiques de la politique sanitaire du gouvernement depuis le début de la pandémie, le médecin a su réunir sur ce site les signatures de 43.000 internautes pour un manifeste dénonçant «le panel de mesures sécuritaires, fruit d’un processus de décision unilatéral et pyramidal, faisant fi de toute concertation ou réflexion participative» ou encore les médias qui «propagent en continu dans le pays une information tronquée, basée sur le sensationnalisme, et volontiers culpabilisante […] une manipulation dont pâtit la population».

Plusieurs tracts sont présents sur le site Parents21, en particulier sur la vaccination des enfants et le port du masque dans les écoles. Capture d’écran

D’autres collectifs, comme Parents21France, produisent de nombreux tracts disponibles sur leur site. Ils véhiculent également l’idée de «réinformer» et de «se battre contre les mesures liberticides». Si la vaccination des enfants est la corde sensible sur laquelle tirent souvent ces groupes improvisés, la mise en doute de la fiabilité du vaccin ou la dénonciation de la «dictature sanitaire» sont aussi des thèmes récurrents. La critique de la désinformation des médias dits mainstream est également un élément que l’on retrouve sur ces sites, motivation principale à la diffusion des tracts dans l’idée qu’il faut «devenir des messagers par des actions de terrain», comme l’indique le Parents21.

Contactés, ces différents collectifs n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

À VOIR AUSSI – «Chacun y va avec son petit égo»: Michel Onfray charge les anti-vaccins