Roger Federer toujours « incertain » concernant son retour

Quand reverra-t-on Roger Federer ? Le Suisse, qui a déclaré forfait pour le tournoi olympique de Tokyo, mais aussi pour la tournée américaine (Toronto, Cincinnati) avant l’US Open en raison d’une blessure à un genou, ne connaît pas encore la date de sa reprise sur les courts.

Le Bâlois, qui vient de fêter son 40e anniversaire le 8 août, a évoqué dans un entretien publié vendredi 13 août par le journal Blick ses sentiments après le passage de cette date clé et ses problèmes de genou.

Interrogé sur son état physique, Federer dit aller « bien ». « J’étais en vacances. Je n’ai rien fait depuis un moment à cause de mon genou. J’ai dû tout arrêter après Wimbledon », explique-t-il. « Cette semaine, je dois rencontrer mes médecins et mon équipe, puis nous verrons la suite des événements. Pour l’instant, tout est encore un peu incertain », ajoute-il.

L’ancien n°1 mondial n’a disputé que 13 matchs en 2021, après une saison 2020 perturbée par la pandémie de coronavirus et marquée par deux opérations du genou, au cours de laquelle il n’a joué qu’à six reprises. Après s’être retiré avant les huitièmes de finale à Roland-Garros afin de préparer Wimbledon, il s’est fait éliminer à la surprise générale en quarts de son tournoi fétiche par le Polonais Hubert Hurkacz.

Depuis, les signaux n’ont pas incité à l’optimisme : il a renoncé aux Jeux olympiques de Tokyo et a déclaré forfait aux Masters 1000 de Toronto et de Cincinnati, soulevant des doutes sur sa participation à l’US Open, qui débute le 30 août.

« C’était différent avant. Les questions étaient simples : quelle est ma place au classement ? Quel sera mon prochain tournoi ? Aujourd’hui, c’est plus délicat : comment je me sens quand je recommence à m’entraîner ? Quels sont mes objectifs ? Comment concilier tout cela avec la famille ? Que dit le reste de l’équipe ? », confie le champion suisse au journal Blick.

« Avant, si j’avais le dos bloqué, cela durait deux jours et tout rentrait dans l’ordre. Aujourd’hui, cela peut prendre deux semaines. Il s’agit d’être plus patient avec la douleur, avec soi-même, avec le retour sur le terrain », poursuit-il. Il revient également sur ses 40 ans, qu’il a passés en famille et avec des amis.

« Je viens d’avoir quarante ans et je suis toujours actif. Qui l’aurait cru ? Sûrement pas moi. Je suis totalement en phase avec moi-même et je suis sûr qu’il y a encore beaucoup de belles choses à venir », assure-t-il.