Comment les 1 800 parties civiles se sont préparées à ce procès hors norme

La mise en place du procès des attentats du 13 novembre 2015 a pris en compte les demandes des victimes.

Tout faire pour rassurer les victimes et les parties civiles bientôt amenées à témoigner dans ce procès historique contre le terrorisme. Depuis le drame du 13 Novembre, et selon les associations comme Life for Paris, les magistrats de l’instruction et du parquet antiterroriste et la chancellerie, alors dirigée par Nicole Belloubet, ont laissé, au cours de ces six dernières années, leur porte grande ouverte aux blessés et endeuillés du 13 Novembre.

On se souvient des deux grandes rencontres entre les magistrats de l’instruction et ces derniers à l’École militaire, dont la première, six mois après les faits, qui a laissé des traces indélébiles chez les juges d’instruction présents. Des juges instructeurs encensés par les parties civiles qui reconnaissent «l’immense qualité de ce travail de 542 tomes et de l’ordonnance de renvoi de 750 pages qui se lie comme un roman», souligne Arthur Dénoveaux qui dirige Life for Paris, l’une des principales associations de victimes directes, réunissant 800

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous