En banlieue parisienne, l’espoir de paix de 450 réfugiés afghans

REPORTAGE – Hébergées dans un hôtel au sud de la capitale, ces familles tentent de s’acclimater à la vie française, en attendant de trouver un logement pérenne.

Cela fait bien cinq minutes qu’Abdullah et sa femme s’escriment à harnacher leur bébé dans une superbe poussette dernier cri. «Ah il va falloir s’habituer…», lâche le jeune papa dans un français impeccable. Comme 450 autres réfugiés afghans, arrivés fin août en France, cet interprète et son épouse attendent, dans un hôtel en banlieue sud de Paris, un hébergement pérenne. «Depuis une semaine, une vingtaine, voire une trentaine d’entre eux, quittent les lieux chaque jour pour gagner des centres pour demandeurs d’asile en région, explique Delphine Rouilleault, directrice générale de l’association France terre d’asile. On accompagne ces personnes vers le début d’une nouvelle vie.»

Après dix jours de quarantaine, c’est par une visite de la tour Eiffel que Wajma et ses enfants ont choisi d’entamer cette «nouvelle vie dans la paix et l’harmonie». «Pour les dangers auxquels nous avons échappé, pour la façon dont nous sommes traités, nous sommes très reconnaissants à la France!, s’exclame cette quadragénaire

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous