Le pape François lance sa grande réforme

Un synode sur le mode de décision et l’exercice du pouvoir pourrait conduire à la décentralisation de l’Église.

Si elle est appliquée, ce sera la réforme des réformes du pape François. Dans la huitième année de son pontificat, il implique tous les catholiques, à partir du 10 octobre prochain dans une «expérience pilote» présentée comme « une étape cruciale dans la vie de l’Église». Il s’agit d’un synode mondial décentralisé – «synode» signifie «assemblée ecclésiale» – dont la session finale, avec votes décisifs, se tiendra à l’automne 2023 au Vatican. Thème abordé: le pouvoir dans l’Église et la façon de prendre des décisions. François veut rompre avec la «culture imprégnée de cléricalisme» du catholicisme, très hiérarchisée, pour le «convertir» à une «mentalité vraiment synodale».

Il s’agirait d’introduire un mode de gestion participative de l’Église catholique. Par l’«écoute» et le «dialogue», le pape, les évêques, les prêtres devraient, tout en gardant leur responsabilité, composer à tous les niveaux avec «le peuple de Dieu», les fidèles, pour trouver un «consensus» par «discernement communautaire».

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous