«Notre pays est stratifié par le mépris»

ENTRETIEN – Dans un livre, le journaliste appelle à sortir de l’immobilisme: la société française est encore largement gouvernée par les préséances, les codes et les usages.

Le mépris français, il l’a lui-même ressenti. «Cet ouvrage n’est pas une enquête journalistique neutre. Je l’ai écrit avec mon cœur et mes tripes», confie Sébastien Le Fol, aujourd’hui directeur de la rédaction du Point, après avoir été directeur adjoint au Figaro. Mêlant témoignages et histoire de France, le journaliste dénonce l’origine du malaise de la société française. Se défendant de faire le jeu de la victimisation ambiante, il publie «Reste à ta place…!», chez Albin Michel.

LE FIGARO. – Le mépris que vous dénoncez dans votre livre est le fruit d’une expérience vécue?

Sébastien LE FOL. – J’ai su assez tôt que je voulais devenir journaliste. L’apprenant, un cousin, qui était conducteur de travaux, a dit à mon père: «Ce métier n’est pas fait pour des gens comme nous, sors-lui cette idée de la tête.» Il avait intériorisé cette injonction : «Reste à ta place». Cette phrase me hante encore. Le modèle de réussite en France est si étroit, classique et dissuasif, que beaucoup de Français s’autocensurent

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous