« Nous observons des ruptures sur les matières des biosourcés », O. Weymann, Soprema

Le groupe Soprema continue d’accélérer sa démarche dans les matériaux « écosourcés ». Dans cette logique, il a annoncé au printemps la construction de deux usines à Nîmes (30). Il s’est aussi investi dans la création de Valobat, un organisme favorisant la reprise des déchets. Sans oublier le déploiement de sa politique RSE, et la réalisation de son nouveau siège social qui sera inauguré à l’automne 2022. Olivier Weymannn directeur stratégie et performance environnementale revient avec nous sur l’ensemble de ces défis.

 

Batiactu : Vous avez récemment annoncé la construction de 2 usines à Nîmes, dédiées aux matériaux biosourcés. Comment abordez-vous cette question chez Soprema ?
Olivier Weymann :
Chez Soprema, nous préférons parler de matériaux éco-sourcés. Notre stratégie est multiple, nous ne misons pas uniquement sur les bio-sourcés. Si nous faisions qu’un seul type de produit, nous pourrions vite devenir fragile.

Il vous reste 82% à découvrir.