« On se dirige vers un vrai service public de la rénovation de l’habitat » (A.-L. Deloron)

Invités à faire un premier bilan du plan de relance et de la politique d’accélération de la rénovation énergétique, Anne-Lise Deloron, coordinatrice interministérielle du plan de rénovation énergétique des bâtiments et Fabrice Boissier, directeur général de l’Ademe, ont esquissé la structuration d’un « véritable service public » de rénovation de l’habitat, dont le point d’entrée est le logement. Une « transformation en profondeur » d’une politique centrée, depuis une dizaine d’années, selon elle, uniquement sur l’aspect énergétique.

 

« Nous avons réinterrogé notre manière de voir la politique de rénovation ; il faut voir à quel point le parcours du quidam est truffé d’irritants ». Ce parcours, le gouvernement l’a donc « amélioré » en le structurant et en le rendant plus global : avec des aides (MaPrimeRénov’) « plus simples, plus justes et plus efficaces », désormais ouvertes à tous les propriétaires ; avec un réseau de conseillers (Faire) « qui a vocation à s’accroitre et à être unifié demain dans son animation » ; avec de nouveaux outils comme le nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) ; et enfin, avec un accompagnement spécifique à chaque projet, l’« accompagnateur rénov' » issu du rapport d’Olivier Sichel, de la Caisse des dépôts.

Il vous reste 63% à découvrir.