Pierre Dubreuil, un «serviteur de l’État» au chevet de la nature

PORTRAIT – Alors que vient de s’ouvrir à Marseille le congrès mondial de la nature, le directeur général de l’Office français de la biodiversité, l’établissement public créé pour répondre aux enjeux complexes de la préservation de l’environnement, alerte sur l’urgence à agir pour protéger le monde sauvage.

Haut fonctionnaire passé par l’univers préfectoral et celui de la collectivité territoriale, administrateur de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, fin connaisseur des rouages de l’État, chasseur et homme de terrain quand il le faut, Pierre Dubreuil, 53 ans, ancien directeur général délégué du Muséum national d’histoire naturelle et ex-directeur général de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, a toujours aimé posséder son sujet à fond. À la tête de l’Office français de la biodiversité (OFB) depuis le 1er janvier 2020, un établissement public pluridisciplinaire unique en Europe, né de l’union entre l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et chargé de la surveillance, de la préservation, de la gestion et de la restauration de la biodiversité dans les milieux terrestres, aquatiques et marins, l’homme est particulièrement dans son élément. Placé sous la tutelle du

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous