salle d’audience, webradio, régie… des moyens à la hauteur de l’enjeu

En dix-huit mois une salle d’audience de 550 places a été construite au sein de l’ancien Palais de la Cité. Elle y accueillera ce procès à haute teneur symbolique.

Un procès monstre de plus de huit mois et demi, à haut enjeu judiciaire et haute teneur symbolique. Pour réussir ce défi, la cour d’appel de Paris et la chancellerie n’ont pas lésiné sur les moyens, la sécurité ou la logistique.

En dix-huit mois une salle d’audience de 550 places a été construite au sein de l’ancien Palais de la Cité, où elle lévite au-dessus de l’enceinte des pas perdus, prouesse d’architecture judiciaire, toute en transparence, immaculée et de bois clair. Quoique éphémère dans ce lieu millénaire, elle a vocation à durer pour accueillir tous les grands procès à venir. D’autant qu’elle dispose d’équipements high-tech dernier cri comme jamais n’en avait bénéficié l’ordre judiciaire. Bien qu’en construction depuis dix-huit mois, cette salle, – pivot d’un procès qui sera retransmis simultanément dans quatorze annexes du Palais, à l’usage des 1 800 parties civiles pour l’instant inscrites et des 141 médias accrédités, a bénéficié, pour son agencement, du retour d’expérience,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous