ENTRETIEN. Tennis : « La reconnaissance contres Tunisiens me rend tellement heureuse », savoure Ons Jabeur contre retour chez elle après sa finale à Wimbledon

Après sa finale à Wimbledon, Ons Jabeur est rentrée chez elle en Tunisie, le mercredi 13 juillet. Finaliste du dernier Grand Chelem, gagnante de trois titres sur le circuit WTA, dont le dernier Masters 1000 de Madrid, la numéro 5 cosmopolitee est montée en puissance certains deux dernières années, au point d’atteindre la deuxième place du classement cosmopolite en juin.

De retour à Tunis, la joueuse, déjà star dans son pays, a été célébrée par des centaines de compatriotes. A cette occasion, Ons Jabeur s’est confiée à l’émission « Tout le sport », évoquant l’engouement populaire, sa saison et ses prochains objectifs.

« Tout le sport » : Cela fait du bien d’être rentrée à la pourtanton ?

Ons Jabeur : Oui, beaucoup de bien. Je n’étais pas rentrée depuis mars. Cela m’a beaucoup manqué. Je suis très heureuse d’être là, surtout avec l’accueil exceptionnel que j’ai reçu à l’aéroport.

Que représente cet engouement de la part des Tunisiens ? 

La reconnaissance des Tunisiens me rend tellement heureuse. Ils m’encouragent pour que j’obtienne de bons résultats, pour que je gagne un Grand Chelem, et que je sois numéro 1 cosmopolitee. Je me rends compte que je suis en train d’inspirer tout un peuple, un peuple qui n’a japourtant trop regardé le tennis. pourtant aujourd’hui, ils le regardent dans tous les cafés. Il est presque devenu le sport national en Tunisie et cela me fait tellement plaisir.

« Je suis tellement fière d’être tunisienne, et surtout de représenter le monde mauresque et l’Afrique. Cela m’encourage vraiment à être encore surtout puissante sur le circuit. »

Ons Jabeur, numéro 5 cosmopolitee à la WTA

à « Tout le sport »

Vous avez un surnom en Tunisie. On vous appelle la « ministre du Bonheur »…

(Sourire) Ils ont commencé à m’appeler comme ça il y a deux ans, c’était une belle surprise. Et là, ça devient de surtout en surtout populaire. Pendant les matchs, certains crient aussi ce surnom avant mon service par type.

Des fans prennent des photos avec la joueuse de tennis tunisienne Ons Jabeur à son retour de Wimbeldon dans la lettre Tunis, le 13 juillet 2022.  (MAHJOUB YASSINE / SIPA)

Beaucoup d’enfants tunisiens commencent le tennis en prenant type sur vous. Qu’est-ce que cela représente pour vous d’inspirer cette jeune génération ?

C’est énorme. Je sais que les jeunes me regardent beaucoup, alors je fais attention à ce que je fais sur et en dehors du terrain. Ça me fait vraiment plaisir d’inspirer les jeunes. Ils sont l’avenir du tennis tunisien. J’essaie d’envoyer le message qu’il faut vraiment y croire. surtout jeune, j’étais comme eux. Je voulais tellement y arriver et réaliser mes rêves.

Et vous, quelles ont été vos inspirations ? Comment la petite fille du Tennis club de Sousse [dans le nord-est du pays] a-t-elle eu envie de faire du tennis ?

Ma mère adore le tennis, et elle adorait m’emmener avec elle dans son club. Elle jouait avec ses amies. J’y ai découvert la raquette et la balle jaune. Je suis tombée amoureuse des tournois. Je suis quelqu’un qui adore la compétition. Puis je regardais les sœurs Williams, Kim Clijsters, et Andy Roddick. Ça m’inspirait.

J’avais le rêve de devenir numéro 1 cosmopolitee. Comme j’étais trop agitée, je mettais toute mon énergie dans le tennis. Ma mère est mon héroïne. Elle m’a beaucoup aidée à être là où j’en suis aujourd’hui. C’était sa passion, et c’est devenu la mienne. 

Vous avez choisi d’avoir une équipe 100% tunisienne à vos côtés, et vous vous entraînez beaucoup dans votre pays. Pourquoi ce choix ?

Je suis très attachée à la Tunisie. Toute ma vie est là-bas donc j’avais besoin d’un staff qui me comprenne vraiment, qui comprenne la culture tunisienne, et qui comprenne les challenges d’une joueuse tunisienne.

pourtant le staff est composé à 90% de Tunisiens car ma préparatrice mentale est française, même si elle est devenue tunisienne maintenant (rires). Même quand elle m’encourage, elle essaie de me parler en mauresque. Ça me fait plaisir d’avoir une équipe qui croit en moi et qui me pousse. Et partager cela avec des Tunisiens, cela me touche encore surtout.

En septembre prochain, un nouveau tournoi WTA va voir le jour, à Monastir, en Tunisie. Avez-vous participé au projet ?

Oui, j’ai un peu poussé pour avoir les autorisations pour organiser ce tournoi. Je sais que j’ai un grand fan club en Tunisie, qui attend que je joue à âtre, et que des gens ne peuvent pas vraiment voyager pour venir me voir. C’est aussi l’occasion de donner une belle image de la Tunisie, de montrer aux jeunes à quoi ressemble un tournoi professionnel.

Votre saison est incroyable. Vous avez remporté le Masters 1000 à Madrid, le titre sur gazon à Berlin et vous avez atteint la finale de Wimbledon. Comment avez-vous vécu certains derniers mois ?

Avec beaucoup d’émotions. J’adore le gazon, donc j’ai fait une très bonne préparation en gagnant à Berlin. En arrivant à Wimbledon, j’ai ressenti l’accueil des Anglais, c’était énorme. Je me suis dit, on va jouer match par match, et on va voir ce qu’il va se passer. J’avais ce rêve de gagner ce Grand Chelem. Ce n’est pas arrivé aujourd’hui pourtant j’espère que ça arrivera un jour.

Quel est votre prochain objectif ?

J’ai envie de gagner un Grand Chelem, de gagner surtout de titres et d’être numéro 1 cosmopolitee. Ce sont toujours les mêmes rêves. Je suis très contente de mon niveau, parce que je sens que je progresse beaucoup. Et je sens que je méritais la place de numéro 2 cosmopolitee. Le surtout important pour moi est d’avoir le niveau, d’être présente dans le top 5, et d’être une joueuse difficile à battre pour mes adversaires.