Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – Après la découverte de plus de 80 cas positifs à la suite de plusieurs soirées dans une boîte de nuit, certains participants ont dénoncé des contrôles trop légers. Mais d’autres failles sont pointées du doigt.

Bordeaux

Une semaine avant sa réouverture, la boîte de nuit annonçait pourtant la couleur: «Vous devez présenter une pièce d’identité et le QR Code de votre test négatif ou de votre certificat», prévenait sur les réseaux sociaux le Hangar FL en amont de la soirée techno du 9 juillet. Mais onze jours plus tard, le 20 juillet, l’agence régionale de santé dénombrait 81 cas positifs parmi les 2000 participants des soirées des 9, 10 et 13 juillet.

Le passe sanitaire est-il inefficace pour éviter ce type de cluster, ou les organisateurs de ces trois soirées ont-ils failli à le mettre en place? Sur les réseaux sociaux, plusieurs participants ont dénoncé des contrôles trop légers. Daisy fait partie des contaminés du 9 juillet. Ce soir-là, vers minuit et demi, elle s’est glissée dans la longue file d’attente devant les portes du club. L’étudiante de 23 ans disposait du résultat de son test antigénique négatif, réalisé le jour même, et a tendu son téléphone aux vigiles, mais elle a été étonnée de la

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

À Bordeaux, un cluster qui montre que le passe sanitaire n’est pas infaillible