Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

REPORTAGE – Illustration de l’emprise croissante du trafic de drogue dans la vie des quartiers, le rythme des règlements de compte s’emballe et leur violence s’intensifie.

À Marseille

Il est 12h30 ce lundi: la face obscure de la cité s’éveille sous le soleil. Les guetteurs prennent place sur les différents points d’accès. Ils ne se cachent pas, mais cherchent l’ombre car, malgré le mistral, il fait très chaud. En aucun cas, ils ne doivent quitter leur poste d’observation. «100 euros la journée, ça paraît beaucoup, mais si on ramène au taux horaire, on est en dessous du smic, explique Rachid*. Ils ne rentreront pas chez eux avant deux heures du matin!»

Le jeune homme a quitté la cité des Flamants, dans le 14e arrondissement, après avoir trouvé un emploi d’informaticien. Il revient souvent rendre visite à sa mère et n’est pas surpris par la dérive du quartier. Il estime qu’il y a un fossé entre ceux qui suivent un cursus scolaire et ceux qui plongent dans les trafics: «Ils n’ont rien à perdre, ils flambent. Leur vie peut s’arrêter à tout moment.» Rachid n’a jamais touché à la drogue, mais en veut aux consommateurs des beaux quartiers. «Si la police et la justice

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

À Marseille, dans les quartiers où la guerre des gangs fait rage