Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

REPORTAGE – «Liberté» ont scandé des dizaines de milliers de manifestants dans les rues parisiennes. Une ambiance bon enfant ponctuée de propos complotistes.

Et la clameur s’élève. Sur toute la place du Palais Royal ce 17 juillet, les applaudissements fusent sous les acclamations : «Ricardo, Ricardo». Depuis la rue Saint-Honoré (Ier), un camping-car fend la foule. À son bord, Richard Boutry ancien journaliste passé par France télévision, qui parcourt la France pour prêcher contre les mesures sanitaires. Debout, adossés au Palais Royal, quatre jeunes hommes se précipitent pour lui serrer la main. «C’est Ricardo, il avait dit qu’il viendrait. On est trop contents de le voir», assure Jean*.

Depuis plusieurs jours, les appels à manifester se multipliaient sur les réseaux sociaux. «Pour la liberté, #défiléhistorique», annonçait une affiche sur fond orange. Ce message avait été relayé par des internautes très différents. Une différence que l’on retrouve cet après-midi devant le Palais Royal. S’y côtoient des mocassins en daim, des jeunes hommes youlés avec un drapeau à fleur de Lys, des gilets jaunes et des jeunes hommes habillés de noir buvant

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

au cœur de la manifestation anti-passe sanitaire