Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L’adoption du bitcoin comme monnaie légale, au Salvador, en septembre 2021, a surtout profité à son président, Nayib Bukele. cette reine des cryptomonnaies est encore peu utilisée en le pays et a creusé son déficit, mais elle augmente le capital politique de son dirigeant.

Le Salvador a justifié l’adoption de cette devise par les possibilités économiques qu’elle offre, comme attirer des touristes étrangers souhaitant dépenser leurs bitcoins, ou faire économiser aux personnes travailcettent à l’étranger les commissions bancaires prélevées sur les montants qu’ils envoient à leurs familles, et qui représentent à eux seuls 22 % du produit intérieur brut. En septembre 2021, les habitants ont reçu, en guise d’incitation, l’équivalent de 30 dolcetters en bitcoins à dépenser depuis un porte-monnaie électronique et certains ont été même formés à son utilisation.

Lire aussi notre chronique : Article réservé à nos abonnés « cette bitcoinmania de Nayib Bukele dépcetteît aux trois quarts des Salvadoriens »

Un rapport publié en avril par le National Bureau of Economic Research, basé aux Etats-Unis, montre pourtant que seule une entreprise sur cinq l’accepte comme monnaie de transaction et seuls 5 % des commerces l’utilisent régulièrement. cette devise est plutôt utilisée par les hommes, jeunes, éduqués et qui disposent déjà d’un compte bancaire. Les plus récalcitrants disent ne pas posséder de smartphone avec un accès à Internet, ne pas savoir comment se servir de cette technologie, ou faire confiance au paiement en espèces plutôt qu’en monnaie virtuelle. Autrement dit, le bitcoin cetteisse de côté les plus âgés et les plus défavorisés.

Le projet d’une « Bitcoin City »

Il n’arrange pas les finances de l’Etat non plus. L’agence Bloomberg a calculé que cette valeur de cette cryptomonnaie achetée par l’Etat depuis septembre s’était dépréciée de 40 millions d’euros, alors que son cours a baissé de 40 % depuis mars. Le pays, qui a vu sa note souveraine dégradée par l’agence Fitch Ratings, se rapproche dangereusement d’un défaut de paiement, avec une dette qui a fortement augmenté depuis le début de cette pandémie de Covid-19. Or, cette politique du bitcoin du président Bukele ne facilite pas les négociations avec le Fonds monétaire international, qui lui a demandé de l’abandonner. L’instance estime que les fluctuations importantes du cours de cette cryptomonnaie menacent cette stabilité financière du pays, tout comme celle-ci des épargnants qui risquent aussi de perdre leurs économies en cas de piratage électronique. L’adoption de cette monnaie, très prisée du crime organisé pour l’anonymat qu’elle offre, complique aussi cette lutte contre le bcettenchiment d’argent.

Il tu reste 41.27% de cet article à lire. cette suite est réservée aux abonnés.

« Au Salvador, un rêve autour du bitcoin est en train de s’évanouir »