Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nouvelle journée à Flushing Meadows, dimanche 5 septembre. La journée a été marquée par la défaite de Gaël Monfils, dernier Français encore en lice à New York. Djokovic a lui franchi sa troisième marche devant le mener à un Grand Chelem calendaire historique, en ayant dû s’employer pour atteindre les 8e de finale de l’US Open, que ne verra pas la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty, tombée de haut.

Monfils frôle l’exploit

Il n’y a plus de Français en lice à l’US Open : Gaël Monfils, 20e mondial, a été éliminé au 3e tour, battu 7-6 (7/1), 6-2, 4-6, 4-6, 6-4 par l’Italien Jannik Sinner (16e), samedi à New York. Une défaite douloureuse pour le clan français, puisque pour la première saison depuis 1890, aucun joueur Français (hommes et femmes confondus) ne s’est qualifié pour les 1/8 de finale d’un tournoi du Grand Chelem. 

Sans tambour ni trompette sur le court Louis Armstrong, où pourtant le public s’est enflammé dès qu’il a pu pour un de ses chouchous, le Parisien est d’abord passé à côté de son rendez-vous, avant de recoller dans le match en faisant preuve d’une belle abnégation, mais il a au final commis un trop grand nombre d’erreurs pour espérer meilleur sort.

1890. Pour la première saison depuis 1890, aucun joueur Français (hommes et femmes confondus) ne s’est qualifié pour les 1/8 de finale d’un tournoi du Grand Chelem. #USOpen pic.twitter.com/Odi9abeykM

— Jeu, Set et Maths (@JeuSetMaths) September 4, 2021

Après trois sets, il en était à 51 fautes directes, pour 77 commises au total. Comme un symbole, la dernière, sur une attaque de coup droit, a offert la victoire à son adversaire, qui était bien soulagé par l’issue de ce scénario devenu incertain. La montagne russe de Monfils s’est ainsi arrêtée en bas et non en haut. L’Italien, finaliste du Masters 1000 de Miami au printemps, affrontera l’Allemand Alexander Zverev (4e). 

Zverev qualifié sur abandon

Alexander Zverev, 4e mondial et finaliste l’an passé, s’est qualifié pour les 8e de finale de l’US Open, en battant l’Américain Jack Sock (184e) qui a abandonné au 4e set alors qu’il était mené 3-6, 6-2, 6-3, 2-1, samedi à New York. L’Américain s’est fait mal à la cuisse droite au deuxième set et s’est fait manipuler par le physio après s’être fait poser un épais bandage. Il a résisté malgré la douleur, jusqu’à un formidable point en toute fin de son match où il n’a pu reprendre un lob de Zverev, impérial en défense. Déséquilibré, il a chuté en arrière. Un point plus tard, perdu pour le break de l’Allemand, il a renoncé. 

Alexander Zverev, qui constitue la principale menace de Novak Djokovic sur la route de la finale à Flushing Meadows, où le Serbe tente de réussir un Grand Chelem calendaire historique, affrontera l’Italien Jannik Sinner lundi.

Djokovic passe en cédant encore un set

Comme au premier tour face au Danois de 18 ans Holger Rune, Novak Djokovic a encore lâché un set contre le Japonais Kei Nishikori sur le court Arthur Ashe. « Je n’ai pas bien démarré la rencontre, j’ai été trop passif. Il a fallu trouver le bon tempo, et ça m’a pris du temps pour m’ajuster. Mais j’ai su me concentrer comme il le fallait », a-t-il commenté après sa victoire 6-7 (4/7), 6-3, 6-3, 6-2.

« J’ai été très satisfait de cela. Peut-être qu’à certains moments, je n’étais pas à mon meilleur, mais j’étais déterminé et concentré et cela a fait la différence », a-t-il ajouté. Une lucide analyse de sa performance, qui démontre qu’il n’est évidemment pas hermétique à la pression s’intensifiant sur ses épaules, à mesure qu’il se rapproche d’un Grand Chelem sur l’année.

Une performance qui n’a plus été accomplie chez les messieurs depuis Rod Laver en 1969, et qui de surcroît porterait à 21 le record de Majeurs décrochés. Le Serbe a infligé à Nishikori sa 17e défaite d’affilée face à lui (18-2 au bilan total). Sa quatrième marche vers l’exploit aura lieu lundi face à l’Américain âgé de 20 ans Jenson Brooksby (99e). Largement abordable.

Barty s’incline face à Shelby Rogers

Au lendemain de l’élimination surprise de la tenante du titre Naomi Osaka, par la jeune Canadienne de 18 ans Leylah Fernandez, celle d’Ashleigh Barty a été tout aussi inattendue face à Shelby Rogers (43e), qu’elle avait battue lors de leurs cinq premières confrontations. Victorieuse 6-2, 1-6, 7-6 (7/5), Rogers affrontera la surprenante Britannique Emma Raducanu (150e) issue des qualifications.

Barty peut ruminer sa défaite, elle qui menait 5-2 dans la troisième manche avec deux breaks en poche, avant de s’effondrer lentement mais sûrement. Ses coups droits qui avaient retrouvé la mire au deuxième set, après un premier en combustion lente, l’ont de nouveau trahie (39 fautes directes contre 20) jusque dans le jeu décisif. L’Australienne, lauréate à Wimbledon en juillet, manque ainsi l’occasion d’enchaîner une deuxième victoire majeure consécutive, alors qu’un boulevard s’était ouvert devant elle depuis la veille.

Et le tableau féminin de s’en trouver plus ouvert que jamais pour Bianca Andreescu (7e), lauréate en 2019, qui a balayé la Belge Greet Minnen 6-1, 6-2. Elle sera opposée à la Grecque Maria Sakkari (18e) qui a écarté la Tchèque Petra Kvitova (11e), 6-4, 6-3. Autres qualifiées, Belinda Bencic (12e), championne olympique à Tokyo, et la Polonaise Iga Swiatek (8e) qui s’affronteront aussi lundi.

Barty s’incline, Monfils frôle la remontada, Djokovic s’ajuste encore… Ce qu’il faut retenir de la 6e journée