Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DÉCRYPTAGE – Neuf résidents sur dix ont reçu leurs deux doses dans les maisons de retraite. Pour les derniers qui s’y refusent, l’étau se resserre, alors que l’obligation vaccinale s’est imposée aux soignants et que le passe sanitaire gagne les établissements pour seniors.

Depuis dix ans, Françoise*, 99 ans, vit en autonomie dans son petit logement nantais, au sein d’une résidence pour séniors. Indépendante, elle a chaque jour sa place au restaurant collectif pour le déjeuner, reste avec ses copains pour un tarot ou une discussion dans le salon commun, avant de passer la soirée chez elle, tranquillement. Mais quatre jours après l’allocution présidentielle, Françoise a trouvé une missive dans sa boîte aux lettres, signée de la direction. «Dès le 1er août, les espaces de restauration collective seront exclusivement réservés aux résidents pouvant fournir un certificat de vaccination, ou un test négatif de moins de 48h», est-il indiqué. Or, la centenaire figure parmi les quatre derniers de la résidence à refuser l’injection. Ce vaccin, elle n’en veut pas et n’en démordra pas. Deux options s’offrent donc à elle : subir l’écouvillon tous les deux jours, ou prendre la porte.

Est-ce un choix auquel seront soumis, tôt ou tard, les derniers réticents à la vaccination

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Dans les Ehpad, quelles règles pour les derniers réticents à la vaccination ?