Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernier Grand Chelem de la saison, l’US Open retrouve des couleurs à partir du lundi 30 août. Cette année, le public fait son retour à Flushing Meadows après la bulle sanitaire imposée l’année dernière à cause du Covid-19. Plusieurs temps forts vont marquer à coup sûr la quinzaine américaine. Avec Novak Djokovic en tête d’affiche chez les hommes, un tableau féminin plus ouvert que jamais et trois des grands noms du tennis actuel absents : tour d’horizon de ce qu’il faut savoir avant le début decette 138e édition à New York.

Novak Djokovic et le Grand chelem 2021 

Novak Djokovic a une mission à New York : remporter l’US Open et compléter un Grand Chelem calendaire historique après ses succès à l’Open d’Australie, Roland-Garros et Wimbledon. S’il réussit, il dépassera les deux autres légendes Roger Federer et Rafael Nadal au nombre de victoires en Majeurs avec un 21e titre à la clé. Djokovic rejoindra aussi l’Australien Rod Laver, seul joueur à avoir réussi un Grand Chelem calendaire dans l’ère Open (depuis 1968), en 1969.

Un objectif deux en un pour venir mettre un point d’orgue sur une saison 2021 dominée de la tête et des épaules. À 34 ans, le « Djoker » est au sommet de son art avec 38 victoires pour seulement 5 défaites. Seule désillusion cette année, son revers face à l’Allemand Alexander Zverev en demi-finale du tournoi olympique.

Une avalanche de forfaits 

Est-ce le signe supplémentaire d’un changement de génération ? Trois des légendes du tennis mondial sont absents. Roger Federer, invisible sur les courts depuis Wimbledon début juillet, a annoncé son forfait mi-août. À 40 ans, le Suisse va devoir être opéré pour la troisième fois du genou droit. Son grand rival, Rafael Nadal (35 ans), est lui aussi absent, après avoir annoncé qu’il souffrait du pied gauche (syndrome de Muller-Weiss)

La star locale Serena Williams (39 ans), elle, est touchée aux ischios-jambiers et a préféré se retirer d’un tournoi qu’elle a déjà remporté à six reprises. Le 24e titre en Majeur pour égaler Margaret Court attendra donc. Jamais ces trois joueurs n’avaient été absents lors d’un même tournoi du Grand Chelem. D’autres prétendants sont également forfaits à New York, comme Stan Wawrinka, vainqueur en 2016, et l’Autrichien Dominic Thiem.

Le retour en forme et en force des « Frenchies » 

Pour le clan tricolore, la saison américaine apparaît comme une renaissance. Passés à travers de Roland-Garros et Wimbledon (aucun Français présent au-delà du deuxième tour), les Bleus se refont une santé sur dur en cette fin d’été. Le fantasque Benoît Paire a remis les gaz après une série de mauvais résultats et d’éliminations précoces. Son quart de finale au Masters 1000 de Cincinnati tout comme celui de Gaël Monfils au même stade à Toronto leur ont permis de relever la tête et espérer dépasser le cap de la première semaine.

Les bonnes sensations sont également au rendez-vous pour Ugo Humbert, quart de finaliste à Tokyo, début août, dans le tournoi olympique. Du côté des dames, l’expérimenté Alizé Cornet vient une nouvelle fois apporter une légère éclaircie dans le ciel des Bleues. La Niçoise a atteint, samedi, la finale du tournoi de Chicago contre Elina Svitolina contre laquelle elle s’est finalement inclinée (7-5, 6-4). 

Un tournoi féminin plus ouvert que jamais

La concurrence sera au rendez-vous dans le tableau féminin. Pas de véritables têtes d’affiche, car si la numéro 1 mondiale, l’Australienne Ashleigh Barty, a remporté le tournoi de Cincinnati, elle n’a jamais fait mieux qu’un huitième de finale à New York. Pas forcément à l’aise sous la moiteur de l’US Open, elle doit faire face à ses deux rivales biélorusses, l’expérimenté Victoria Azarenka et la surpuissante Aryna Sabalenka. À moins que le retour de la Tchèque Karolina Pliskova, finaliste à Wimbledon, elle aussi à la recherche d’un premier titre en Grand Chelem, ne soit gagnant.

Plusieurs outsiders tenteront également d’obtenir la victoire finale avec l’Italienne Camila Giorgi, qui vient de remporter son premier Masters WTA à Montréal, la Canadienne Bianca Andreescu, gagnante dans la Big Apple en 2019, ou encore l’Espagnole Paula Badosa qui n’en finit plus d’enchaîner les succès cette saison. 

Alexander Zverev, fer de lance des outsiders du Djoker

Sa médaille d’or aux Jeux olympiques de Tokyo l’a débloqué psychologiquement. L’Allemand Alexander Zverev a ensuite répondu présent avec un titre à Cincinnati. Un retour au premier plan au meilleur des moments pour mener la chasse au « Djoker », même si ses acolytes de la Next Gen se font aussi de plus en plus pressants.

Le Russe Daniil Medvedev, numéro 2 mondial et finaliste en 2019 contre Rafael Nadal, a repris du poil de la bête avec son titre à Toronto. Le Grec Stefanos Tsitsipas se refait lui aussi une santé en Amérique du Nord après deux demi-finales lors des deux derniers Masters 1000. Son premier tour s’annonce néamoins piégeux face à Andy Murray, éternel épouvantail sur un match en trois sets gagnants. Autre prétendant aux dents longues, l’Italien Matteo Berrettini qui reste sur une finale à Wimbledon et une saison sur dur raccourcie.

Le retour du public dans les gradins 

La règle est claire : vaccination obligatoire pour accéder au site de Flushing Meadows uniquement pour le public. Dans un communiqué publié vendredi, la fédération américaine de l’USTA qui organise le Grand Chelem américain a précisé « qu’une preuve de vaccination contre le Covid-19 » serait demandée dès l’entrée aux spectateurs de plus de 12 ans. Une demande qui fait suite à une décision de la mairie de New York à cause de l’évolution du variant Delta.

USTA statement regarding proof of vaccination to enter the US Open: pic.twitter.com/nf3ivZZM0i

— US Open Tennis (@usopen) August 27, 2021

Une question de sécurité sanitaire même si les joueurs ne sont pas obligés d’être vaccinés. Si les qualifications ont eu lieu sans spectateurs, le tableau principal de l’US Open verra du public à jauge pleine remplir les courts de Flushing Meadows. Une première pour un Grand Chelem depuis la pandémie de coronavirus et un tournoi new yorkais décidément bien à part sur le circuit.

Djokovic, frenchies, cascade de forfaits… Ce qu’il faut savoir sur le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison