Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RÉCIT – Si les défilés contre le passe sanitaire dans la capitale ont été globalement calmes et bon enfant, en fin de journée des affrontements ont eu lieu sur l’avenue, ranimant le souvenir des émeutes de 2018 et 2019.

Ce devait être un samedi de manifestation calme, bon enfant, contre le passe sanitaire, à l’instar de ce qui avait été observé la semaine dernière. Objectif rempli… Pendant un temps. À Paris, trois rassemblements étaient prévus : l’un, statique, au Trocadéro, porté notamment par le patron des Patriotes, Florian Philippot. L’autre, partant de la place de la Bastille et se dirigeant vers la porte de Champerret. Le troisième, reliant le conseil constitutionnel aux Invalides.

Place du Palais Royal, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblées après 13h pour écouter des orateurs avant le départ du cortège. «C’est une manifestation de citoyens en colère et de gilets jaunes», explique un homme vêtu de jaune fluo, portant une pancarte contre le passe sanitaire qualifiant Emmanuel Macron de «traître à la nation».

Un autre participant prend part à la conversation : David a été juriste, il se dit «pas contre le vaccin, mais contre l’obligation vaccinale». «Libertaire», le jeune

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

et soudain à Paris, les «gilets jaunes» sont revenus sur les Champs-Élysées