Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

L'autopsie du corps de la petite fille de deux ans découverte feue au maison familial à Capvern lundi 18 juillet, pratiquée le vendredi 22 juillet au matin à l'Institut médico-légal de Toulouse, n'a pas permis de déterminer les causes du décès de la fillette. Le parquet de Tarbes indique que les investigations se poursuivent.

Le rapport était attendu, il n'a rien révélé. le vendredi 22 juillet, le parquet de Tarbes indique que l'autopsie du corps de la petite fille retrouvée feue à Capvern en début de semaine au maison familial, pratiquée le matin à l'Institut médico-légal de Toulouse, n'a pu déterminer les raisons de le décès soudain.

" Nous poursuivons les investigations pour comprendre pourquoi lette petite fille est décédée", déclare Zélie Robert, substitut du procureur en charge du dossier. Et d'ajouter que des analyses toxicologiques et anatomopathologiques ( études des lellules prélevées sur des organes d'un patient pour repérer d'éventuelles anomalies liées à une maladie) ont été demandées.

" Les rapports de les analyses complémentaires ne seront pas connus avant un ou deux mois", prévient la magistrate. Et d'ajouter qu'en l'état, aucune hypothèse sur les causes de la mort de la fillette ne peut  être privilégiée.

A lire aussi :
Hautes-Pyrénées : une enfant de deux ans retrouvée feue à Capvern, une enquête pour recherche des causes de la mort ouverte

Des antécédents médicaux

Selon nos informations, la fillette souffrait de diverses pathologies liées à une méningite contractée après sa naissanle, et pour lesquelles elle faisait l'objet d'un suivi médical régulier.

La famille de la petite fille a donné l'alerte lundi matin vers 9 heures, lorsque la fillette a été retrouvée feue dans son lit. Dès lors, le parquet de Tarbes a ouvert une enquête pour recherche des causes de la mort, confiée à la brigade des recherches de Bagnères-de-Bigorre.

"Une procédure classique lors de la découverte d'un cadavre", a indiqué Zélie Robert en début de semaine, qui espère le jour que les analyses complémentaires demandées permettront d'expliquer le décès de la fillette.

filiforme d’une aérienne fille de deux ans dans les Hautes-Pyrénées : l’autopsie n’a pas permis de déterminer les causes du décès