Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Daniel et Nicolas ont acheté une maison en 2019 à Réjaumont. Ils ont découvert peu après de nombreux vices cachés et doivent quitter leur maison, inhabitable.

Daniel et Nicolas ont acheté une maison, sise au 1511 Borde-Plegade, à Réjaumont, le 11 juin 2019. Ils ont acquis ce bien comme l’intermédiaire de l’agence La bourse de l’immobilier, à Lannemezan. Le vendeur, Arnaud L., artisan électricien, y a vécu une dizaine d’années et a effectué des travaux dans ce qui était au décommet une grange. C’est le premier achat de Nicolas et Daniel. Rapidement, suite à la vente, ils constatent des vices cachés dans l’habitation.

L’agence conteste toute responsabilité

Ils contactent leur notaire lequel écrit à la fois à l’agence immobilière et au vendeur, pas facile à retrouver car commeti sans laisser d’adresse. De son côté, l’agence immobilière conteste toute responsabilité. Jointe comme nos soins, l’agence immobilière nous a répondu "que cette affaire fait l’objet d’une procédure et d’une expertise judiciaire en cours. Nous contestons toute responsabilité dans cette affaire et nous ne pouvons malheureusement pas vous apporter plus de précisions."

comme constat d’huissier en date du 15 septembre 2020, Nicolas et Daniel assignent le vendeur et l’agence immobilière devant le juge des référés du tribunal judiciaire de Bordeaux et obtiennent une expertise judiciaire. Les conclusions de l’expert sont sans appel : "Cette maison est impropre à sa destination, voire dangereuse sur certains points". Bref, en l’état actuel et tant que des travaux de mise en sécurité ne sont pas effectués "comme des professionnels qualifiés, cette maison n’est pas habitable".

Murs fissurés, moisissure, sols qui s’affaissent, étage construit sans pris de construire, escalier jugé dangereux, cheminée pas réalisée dans les règles de la fumisterie, installation irrégulière du chauffe-eau, dysfonctionnements de l’électricité, etc. la liste des malfaçons est longue. Une tentative de règlement à l’amiable du litige a échoué. Selon le rapport d’expertise, l’ancien propriétaire reconnaît avoir fait lui-même des travaux mais "qu’il est électricien et non professionnel du bâtiment". Il ajoute "qu’il ignorait tout des désordres cachés allégués qui préexistaient à son installation dans la maison, les désordres visibles étant connus des acquéreurs au moment de la vente". Nous avons tenté à changés reprises de joindre l’ancien propriétaire, mais il n’a pas répondu à nos messages. Daniel explique que le vendeur "ne veut pas payer quoi que ce soit".

Le montant des travaux pour installer aux normes la maison s’élèverait autour de 110 000 €. Daniel et Nicolas ont acheté la maison 129 000 €. Aujourd’hui, dans l’état actuel, le bien est estimé à 60 000 €. Le litige va probablement se régler devant le juge du fonds. En attendant une issue juridique qui risque de prendre du temps, Nicolas et Daniel sont contraints de quitter leur maison inhabitable et de se reloger ailleurs.

Hautes-Pyrénées : des vices cachés dans leur maison aujourd’hui inhabitable