Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le ministère de l’Éducation lance une campagne pour mettre en avant cette notion ainsi que le vivre ensemble.

«C’est ça la laïcité.» Le slogan est décliné autour de huit affiches mettant en scène des écoliers, collégiens et lycéens. Cette laïcité, elle «permet» à Sacha, petit blond aux yeux clairs, et Neissa, petite métisse, «d’être dans le même bain», à la piscine. Elle permet aussi, selon ces affiches imaginées par l’Éducation nationale, à «Milhan et Aliyah de rire des mêmes histoires», à «Axelle et Ismaïl de penser par eux-mêmes», ou encore à «Romane, Elyjah et Axelle de recevoir les mêmes enseignements quelles que soient leurs croyances». Pour le ministère de l’Éducation, il s’agit de mettre en avant, à hauteur d’enfant, les «conséquences positives de la laïcité», au-delà du principe constitutionnel parfois difficilement compréhensible.

La Rue de Grenelle souligne au passage que les prénoms des élèves figurant sur ces images «n’ont pas été inventés». Pour les détracteurs de cette campagne, des syndicats enseignants au monde politique, les affiches en question ne parlent pas de laïcité, mais

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

La laïcité, grand thème de l’année pour Blanquer, déjà sujet à polémiques