Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

REPORTAGE – Le pays fait face à un afflux de migrants sans précédent, encouragé par la Biélorussie.

À Vilnius

Posée le long d’une route étroite et poussiéreuse, l’école rénovée, mais vide, du village de Vydeniai, dans le sud de la Lituanie, a été transformée en refuge. Le bâtiment de briques blanches abrite désormais 150 Africains, tous arrivés à pied début juillet en traversant les forêts de bouleaux et de pins qui séparent la Biélorussie de la Lituanie.

Atterri à Minsk pour étudier, le Camerounais Amourou affirme avoir été trahi par son passeur alors qu’il croyait se rendre en Russie et être devenu l’esclave domestique d’un Turkmène. C’est sur les réseaux sociaux qu’a circulé l’information pour passer dans l’Union européenne. À Grodno, à 30 kilomètres de la frontière lituanienne, «la ville bougeait, il y avait beaucoup de gens, Noirs comme Blancs, Arabes comme Russes», explique-t-il.

Il trouve son chemin tout seul, repère une file de camions. Amourou finit par être interpellé. Il comprend qu’il se trouve en Lituanie «à la vue du drapeau sur l’épaule» des officiers. Chaque jour, les gardes-frontières

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

la Lituanie soumise au chantage par Minsk