Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

FOCUS – La police scientifique a ouvert son concours d’entrée lundi 2 août. Quels sont les profils recherchés et qu’est-ce qui attend les nouvelles recrues ?

La police scientifique vient d’ouvrir lundi 2 août son concours* pour intégrer de nouvelles recrues dans ses rangs. Ce sont 94 places qui sont ouvertes aux jeunes intéressés par la science et le domaine de l’enquête, dès le niveau post-bac. Si le grand public se fait une idée du métier à travers les séries du petit écran, quelle est vraiment la mission d’un policier scientifique ? Comment travaille-t-il et quels sont les profils recherchés ? Le Figaro fait le point avec le Commissaire Pierre Pascaud, porte-parole du service national de police scientifique, ainsi que du technicien en chef Christophe Abraham, qui évolue dans le domaine depuis 12 ans.

Être technicien de la police scientifique, c’est avant tout «un métier passion», commence Christophe Abraham. Comme beaucoup, il a découvert ce métier dans les séries télé. Mais c’est en fac de biologie qu’il a décidé de s’y intéresser pleinement, voyant certains de ses camarades tenter le concours. Après avoir réussi l’épreuve d’entrée

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

la police scientifique cherche ses nouvelles recrues