Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LA VÉRIFICATION – L’ancienne ministre de la justice Rachida Dati a déclaré sur Twitter que le procès d’Emmanuel Abayisenga aurait pu être bouclé en moins d’un an, ce qui aurait permis de le juger et de l’expulser avant le drame.

LA QUESTION. Emmanuel Abayisenga aurait-il dû être expulsé plus tôt ? Non, selon le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti. L’ancien avocat justifie la présence de ce ressortissant rwandais sur le sol français malgré une Obligation de quitter le territoire (OQTF) par la procédure judiciaire en cours – depuis 2020, Emmanuel Abayisenga est accusé d’avoir tenté d’incendier la cathédrale de Nantes – qui oblige l’accusé à rester sur le sol français.

Seulement, là n’est pas l’avis de l’ancienne ministre de la Justice, Rachida Dati, qui, dans un tweet du 11 août 2021, argue que la décision de justice aurait pu être rendue dans l’année suivant la tentative d’incendie, pour permettre dans la foulée une expulsion du ressortissant rwandais. «L’accusé avait avoué l’incendie volontaire de la cathédrale de Nantes . La partie civile et le préjudice étaient connus. L’affaire aurait donc pu être jugée dans le délai d’un an, avant sa sortie de prison», explique-t-elle ainsi. Aussi, Emmanuel Abayisenga pouvait-il être jugé et expulsé avant sa sortie de prison, comme le prétend la maire du VIIe arrondissement ?

VÉRIFIONS. Pour Rachida Dati, «il était tout à fait possible de faire juger l’accusé avant le terme de sa détention provisoire». Pour ce faire, il aurait fallu que l’instruction dure moins d’un an – durée maximale de la détention provisoire pour les délits en France. «L’affaire n’était pas très

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Le meurtrier présumé du père Olivier Maire aurait-il pu être jugé et expulsé avant sa sortie de prison ?