Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RÉCIT – La société chargée de faire les forages rencontre des difficultés inattendues, liées à la dureté du sol sous-marin.

À Brest

De rebondissement en rebondissement, le projet du parc éolien de la baie de Saint-Brieuc finit par prendre des allures de feuilleton.

Dernier épisode, les difficultés rencontrées par la société Ailes marines, qui a reconnu être confrontée à la dureté inattendue du sol sous-marin. Elle serait à l’origine des incidents qui se multiplient depuis début mai. La préfecture lui a donc donné l’autorisation de procéder, depuis ce jeudi, à d’autres forages, ce qui provoque la colère du comité départemental des pêches.

Mi-juin, l’Aeolus, navire chargé de la réalisation des forages et de l’installation des pieux des fondations du parc, avait causé une première pollution: «100 litres d’huile», selon la préfecture maritime de l’Atlantique, ayant provoqué une irisation s’étalant sur une quarantaine de kilomètres.

Fin juillet, un deuxième incident est survenu: l’une des trois foreuses venait de subir un incident technique lors de sa remontée à bord: «Quelques dizaines de litres d’huile hydraulique

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc boit la tasse