Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1775 parties civiles, 330 avocats, 20 accusés… Le procès «hors norme» des attentats du 13 novembre débutera le 8 septembre prochain au palais de Justice de Paris.

Le procès des attentats du 13 novembre 2015,  qui ont fait 130 morts et plus de 430 blessés, s’ouvre mercredi 8 septembre 2021 à 12h30 devant la cour d’assises spéciale de Paris. Six ans après l’attaque terroriste la plus meurtrière en France, les vingt accusés vont comparaître au palais de justice, Île de la Cité. Un procès qui s’avère hors-norme, enregistré comme la plus grande audience criminelle jamais organisée dans l’Hexagone.

Une salle, 750 m2, 550 places

Qui dit procès exceptionnel, dit mesures exceptionnelles. Afin de répondre aux différents besoins de l’audience, des travaux ont été lancés en janvier 2020 dans le palais de justice de Paris. D’après le journal La Croix , la salle mesure 750 mètres carrés, 45 mètres de long sur 15 mètres de large.

Elle est capable d’accueillir 550 personnes, est équipée d’un box sécurisé pouvant réunir 12 accusés et 10 caméras destinées à assurer son enregistrement historique ainsi que sa retransmission.

La grande salle a cependant une durée limitée : elle pourrait disparaître en 2023, après avoir hébergé le procès des attentats de Nice.

Salle d’audience provisoire installée au Palais de Justice de Paris

Accéder au diaporama (7)
10 salles de transmission télévisées

Compte tenu de l’affluence, 10 salles de retransmission sont mises à disposition des parties civiles lors des temps forts du procès. Chacune de ces salles peut accueillir au total 2000 personnes : elles sont prévues pour les parties civiles, les journalistes et les avocats.

20 accusés, dont 14 présents

Vingt personnes sont renvoyées devant la cour d’assises : quatorze accusés seront présents, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont tué 130 personnes et blessé des centaines d’autres à Saint-Denis et Paris, onze comparaîtront et trois sont libres sous contrôle judiciaire. Six autres accusés seront jugés par défaut.

1765 parties civiles

1765 personnes, d’une vingtaine de nationalités, s’étaient constituées parties civiles au jour de l’ordonnance de mise en accusation devant la cour d’assises en mars 2020. Ce nombre est susceptible d’évoluer tout au long du procès, jusqu’aux réquisitions du parquet national antiterroriste (Pnat).

330 avocats seront présents au procès

330 avocats figurent au dossier, dont environ 300 représentants les parties civiles. Trois avocats généraux seront là pour représenter l’accusation, portée par le parquet national antiterroriste: Camille Hennetier, Nicolas Le Bris et Nicolas Braconnay.

La salle a prévu 24 places pour les avocats de la défense d’un côté, et pour 42 avocats de la partie civile. Les autres pourront assister au débat depuis les salles de diffusion prévues à cet effet.

Cinq magistrats

La cour d’assises compétente pour juger des actes de terrorisme est exclusivement composée de cinq magistrats professionnels. Elle sera présidée par Jean-Louis Périès. Deux des magistrats sont également présidents d’assises: la première assereure Frédérique Aline et la magistrate honoraire Xavière Simeoni. Quatre magistrats supplémentaires assisteront aux débats et suppléeront les membres de la cour en cas de défaillance.

Un dossier d’instruction de 542 tomes, un million de page

Le dossier d’instruction compte 542 tomes, soit 53 mètres linéaires (l’équivalent d’un tiers de la hauteur du tribunal judiciaire de Paris) et un million de pages.

145 journées d’audience au minimum

Au moins 145 journées d’audience sont prévues jusqu’au 25 mai 2022, selon un planning prévisionnel diffusé en juillet. L’audience se tiendra du mardi au vendredi à compter de 12h30, ainsi que certains lundis conformément au planning édicté par le président d’audience.

Tout au long du procès, des mesures de sécurité exceptionnelles seront déployées. Soit pour une durée de huit mois. D’après Tourisme Judiciaire, «les piétons ne pourront pas accéder rue de Harlay, ni quai des Orfèvres. Les vélos ne pourront pas circuler Boulevard du Parlais. Les bus et voitures seront déviés. Les stations de métro Pont-Neuf et Cité restent ouvertes». Les parkings Pont-Neuf et Lutèce seront fermés pendant toute la durée du procès pour les véhicules qui n’ont pas d’abonnement ou d’autorisation.

Le procès des attentats du 13 novembre en chiffres