Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

REPORTAGE – Dans le parking sous-terrain de l’Île de la Cité, se trouve le centre de gestion des feux de circulation parisiens. Créé à l’origine dans le but de rendre plus accessible la capitale aux automobiles, il a vu ses priorités changer. Cette semaine encore, il a dû s’adapter à la nouvelle règle des 30 km/h.

Sur le chemin de l’école, un frère et une sœur s’amusent à sauter entre les dalles des pavés parisiens, en veillant surtout à ne pas toucher les lignes. Arrivés devant le passage piéton, les enfants patientent devant le feu, vert pour les voitures. Le garçon commence à compter : «sept, six, cinnnq, quaaatre», – le feu passe à l’orange -, «trois deux un !», se dépêche-t-il de terminer. Les deux enfants traversent et disparaissent dans la ruelle. Jeune ou plus vieux, qui n’a jamais tenté de déjouer les feux tricolores, en devinant le nombre de secondes avant que celui-ci ne passe au rouge ? Et pour cause, certains semblent interminables. Pourtant, ils ne peuvent pas durer plus de 120 secondes, c’est la règle, assure Michel Le Bars : «Et encore, on arrive rarement jusque-là». Si cet homme s’y connaît si bien en feux parisiens, c’est parce qu’il est l’un des maîtres des horloges des feux tricolores parisiens. Il est ingénieur et travaille au centre de gestion des feux, le PC Lutèce.

Alors que la circulation à Paris se trouve à 30 km/h depuis lundi 30 août, les usagers parisiens ne sont pas les seuls à devoir s’adapter : les feux parisiens doivent eux aussi se plier à la nouvelle règle. Ne vous êtes-vous jamais demandé qui se trouvait derrière ces feux rouges? Le cœur du système de la gestion des feux se trouve dans le parking Lutèce, sous les pavés de l’Île de la Cité. Caché de la vue de chacun, il faut passer deux portes sécurisées pour pouvoir accéder à ce lieu de près de 400m2. Une fois invité à entrer, un voyage dans le temps s’opère. Se découvre alors un espace des années 80, de couleurs jaunes, vertes et blanches, aux allures de vaisseau spatial : «ça fait penser à Star Trek, n’est-ce

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

le travail méticuleux des horlogers des feux tricolores